Skip to main content
br cover

BattleRoyale, aux origines du genre BR

Battle Royale, un jeu de survie auquel vous ne voudrez pas du tout jouer. Je vous parlerai du manga qui est issue du roman de Kooshun Takami, scénariste aussi du manga et dessiné par Masayuki Taguchi .Il est publié entre 2000et 2005 en 15 tomes chez les editions Soleil Manga (France) et Akita Shoten (Japan).
Dans cet article je ne vais pas me baser sur l’histoire en détails mais plutôt de parler du principe du Battle royale et son impact sur les gens qui y sont confronté. 

L’auteur nous raconte l’histoire d’une classe de lycée qui est forcée de participer à un Battle Royale, « un programme » sous forme de jeu démoniaque qui se déroule chaque année, ou le but est de s’entretuer jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul survivant.

L’idée assez originale de faire un combat à mort avec des lycéens rend l’histoire assez atypique et plus complexe d’un point de vue moral, on imagine mal de jeunes lycéens succomber à la folie et au désespoir d’une mort certaine.
Vous l’aurez compris : Battle Royale est un manga mature à ne pas mettre entre toutes les mains.

On suit la mésaventure et les réflexions d’un des élèves de cette classe, Shûya Nanahara, qu’on a décrit br classecomme « un chien fou assoiffé de justice «, qui a une personnalité de justicier et rebelle, un marginal dans la société où il vit. Passionné de rock n roll, un style interdit dans son pays, il est souvent muni de sa guitare pour faire le show. Une personnalité judicieusement choisie par l’auteur pour la suite des évènements.

Dès les premières pages on nous présente rapidement ceux qui vont devenir les personnages importants de l’intrigue. On retrouve Shûya Nanahara et son meilleur ami Yoshitoki Koninubo, Mimura Shinji un basketteur et informaticien de génie, Sugimora Hiroki un spécialiste en arts martiaux, Kawata Shogo et pour finir Mitsuko Soma et Kazuo Kiriyama.

Comme tout jeu qui se respecte, le Battle Royale a ses propres règles (10 articles) qui maintiennent le bon déroulement du jeu, ainsi que quelques dispositions qui permettent aux joueurs d’avoir une chance de survie.

L’article 1 du règlement par exemple stipule que « le but du Battle Royale est de former une nation saine de corps et d’esprit », une règle qui peut se tenir dans n’importe quelle constitution d’un pays démocratique mais la suite des articles fait que ce jeu a un autre but.

On apprend par la bouche d’un des participants (Mimura Shinji) que le vrai but du Battle Royal (le programme) est de s’entretuer afin de recueillir d’importantes données, et qu’en réalité c’est un moyen de dissuader les autres pays de les envahir pour garder le régime en place. On comprend mieux l’intérêt de la retransmission TV de l’évènement.


Les autres articles expliquent les modalités du jeu et la récompense du vainqueur (subventionné à vie par l’état), les indemnités pour les familles des participants et surtout un article assez malsain « Toutes les personnes soumises à cette loi doivent se battre joyeusement, en s'amusant, et avec combattivité en appréciant leur immense chance d'avoir été sélectionnées à ce jeu ».

Le Kidnapping :

Un voyage scolaire est organisé chaque année, et c’est l’occasion au gouvernement de faire jouer le Battle Royale à une classe sélectionnée parmi les terminales de tout le pays.

Durant le trajet, un de nos protagonistes remarque que le chauffeur porte un masque à oxygène, la seconde d’après, tout le groupe est gazé, personne ne comprenait quoi que ce soit sauf Kawata Shogo qui a l’air de savoir des choses.

Les 42 élèves se réveillent dans une classe de cours, à leurs places habituelles. La confusion et la panique les submergent, surtout avec l’arrivée d’un des pires protagonistes de l’histoire, le professeur Yonemi Kamon. Je pense de tous les personnages du manga, que celui-ci est le pire. C’est un être abject qui leur annonce que la classe va participer au fameux Programme (Battle Royale) avec un très grand sourire, et dans la foulée qu’il avait tué leurs professeurs et violé une maitresse d’école.

A partir d’ici, j’arrête de rentrer dans les détails de l’histoire pour vous laisser profiter de l’œuvre, je ferai en sorte de ne pas dévoiler les éléments clés de l’intrigue.

Le début du Jeu :debut jeu

Le jeu commence pour une durée illimitée et ce jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul survivant. Chaque participant quitte la classe avec un sac à dos qui comporte des vivres, de l’eau et une arme différente. Chaque participant part avec des éléments aléatoires qui peuvent influencer ses chances de survie.
 Le jeu fait un parallèle avec la vie réelle ou chacun démarre sa vie dans des conditions différentes des autres, ce qui, nous le verrons plus tard, n’est pas un gage de réussite ou de victoire dans le jeu.

Les meurtres commencent dès les premières secondes. La panique, la peur, et surtout le manque de confiance pousse les élèves à intégrer le jeu de force et d’accepter de s’entretuer, sauf pour nos deux héros.

Le Manga Battle Royale se focalise sur la personnalité de justicier de Nanahara, et sa tentative de rallier les autres élèves à sa cause, pour arrêter le jeu pour tous s’en sortent vivant. C’est une histoire axée sur la confiance et le dépassement de soi durant les pires situations. C’est un thème assez récurrent dans les mangas, mais il est totalement inédit dans sa manière d’aborder les personnages et la violence sur les jeunes.

Les psychopathes s’en mêlent :

Ce qui est exceptionnel dans ce manga, c’est sa façon de narrer la vie de chaque participant. À chaque chapitre, on nous somaraconte l’histoire d’un élève avant le « programme », et sa façon de réagir à ce choc émotionnel. Dans la majeure partie des cas, la peur prend le dessus et l’envie de survivre prime sur toutes les valeurs sociales. Les individus se voient délivrer des contraintes morales qui les brident, et montrent leurs vraies personnalités.  Entre les violeurs, psychopathes, traitres, et lâches, on se retrouve à chaque chapitre avec un personnage à part entière, qui finit malheureusement très mal. 

Parmi ces élèves qui ont accepté le jeu avec plaisir, on trouve deux psychopathes qui se distinguent du lot, Mitsuko Soma et Kazuo Kiriyama.

Le cas de Mitsuko Soma est complexe à aborder. On en apprend beaucoup sur son passé vers la fin du manga. Son histoire est tragique, et d’une certaine manière, on arrive à comprendre son basculement vers le coté obscur, et bizarrement on kiriyamaressent de la compassion pour le personnage.

Mais pour Kiriyama c’est autre chose. Pour ne pas spoiler, on restera sur la vraie définition pathologique du sociopathe. Il ne ressent aucun sentiment et n’a aucune envie. Il joue sa vie à pile ou face, alors qu’a en croire le manga, il est d’une intelligence très rare et d’une aisance à l’apprentissage hors du commun.

Ces deux personnages prennent de plus en plus d’importance avec l’avancement de la trame principale, ce qui personnellement m’a beaucoup ravi. Ils ont joué un rôle important dans la popularité du manga et du film aussi.

 

L’aboutissement final :

Sans spoiler la fin, dans un Battle Royale, il est impossible d’avoir une fin heureuse à partir du moment ou les évènements décrit depuis le début de l’histoire sont d’une rare cruauté, et commis par des jeunes lycéens, ce qui rend l’ambiance un peu malsaine. La tendance de l’auteur à tuer tout le monde fait qu’on s’attend toujours au pire, et il se produit.

Je trouve que la fin a été bien été gérée en ce qui concerne le jeu en lui-même, mais je reste sur ma faim pour tout ce qui concerne le monde extérieur à l’ile. On ne sait que peu de choses sur le gouvernement du pays, ou sur la genèse du Battle Royale, et je trouve cela dommage, Il y’ aurait eu de quoi écrire plusieurs livres et mangas sur le sujet .

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.