Skip to main content
kyoto temple

Le folklore japonais au travers des jeux vidéo

Bienvenue sur ce premier article de la série «  le folklore japonais au travers des jeux vidéo » .

Cette série d’articles et de vidéos va explorer le folklore et les mythes japonais à travers plusieurs jeux à fin d’en apprendre plus sur le sujet et d’identifier les libertés prise par les auteurs du jeu vidéo dans leurs approches artistico-ludique.

Une grande partie du folklore japonais est basé sur les yokai, ces esprits bons ou mauvais, qui sont pour le moins étrange interviennent dans tous les phénomènes bizarre et souvent sinistre. Les yokai prennent différentes formes, que ce soit humanoïdes, animales, bestiales ou même d’objets, il en existe tellement que ça serai impossible de tout y faire référence dans cette série. On se contentera des plus présents dans les jeux vidéos. 

Pour cette série d’articles, je prendrai souvent le cas de NIOH, un jeu dont les évènements se déroulent à la fin de l'époque Sengoku (période de guerre civile) et fini avec le début de l’ère Edo (tokyo), on est en pleine période de croyances au surnaturel ou les mythes sont réalité dans l’esprit populaire.
Dans NIOH, notre héros a la capacité de voir la vraie forme des yokai et de tuer les plus maléfiques d’entre eux, ce qui en fait un excellent jeu pour ceux intéressé par le folklore japonais. Très nombreuses sont les références  et explications pour nous aider à mieux comprendre la richesse de cet univers.

Je n’évoquerai pas les éléments clé de l’histoire, pour ne pas vous gâcher le plaisir d’y jouer, mais je donnerai le minimum nécessaire pour comprendre l’importance du folklore et son intégration dans NIOH.
Il y’aura aussi quelques références à des personnages historique réels qui dans le jeu interagissent avec les yokai (comme par exemple Oda Nobunaga et hattori hanzo), ainsi que des batailles tristement célèbres. Je vous en ferai un bref historique de leurs rôles dans le déroulement des évènements réels et de la fiction.

Sommaire :
chapitre 1 : ONI

 

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.